RSS

Conférence International de la Prévoyance Sociale : Retour de la Guinée Équatoriale au sein de l’Instance sous-régionale

20 Fév
Conférence International de la Prévoyance Sociale : Retour de la Guinée Équatoriale au sein de l’Instance sous-régionale

Le ministre d’Etat Florent Ntsiba présidant la cérémonie d’ouverture.Après une décennie d’absence, la Guinée Equatoriale a décidé de reprendre, officiellement, ses activités au sein de la C.i.pre.s (Conférence interafricaine de la prévoyance sociale). C’était à la faveur de la réunion du comité d’experts restreint pour son retour au sein de la C.i.pre.s, tenue le 5 février 2015, à Brazzaville.

La cérémonie d’ouverture a été placée sous le patronage du ministre d’Etat Florent Ntsiba, ministre du travail et de la sécurité sociale, en présence d’Innocent Makoumbou, secrétaire permanent de la C.i.pre.s, Karim Bamba, président du comité de surveillance de la prévoyance sociale, Evariste Ondongo, directeur général de la C.n.s.s (Caisse nationale de la sécurité sociale) et des représentants des pays membres de C.i.pre.s.

Dans son mot de bienvenue, le ministre d’Etat Florent Ntsiba a rappelé qu’après avoir assumé, il y a un an, la présidence du conseil des ministres des Etats membres de la C.i.pre.s, le Congo réaffirme sa vocation panafricaniste et se met, en réalité, au service d’un vaste chantier destiné à élargir et consolider le champ de coopération interafricaine en matière de sécurité sociale. Selon lui, sur le front de la prévoyance sociale, l’avenir de la C.i.pre.s constitue l’un des défis les plus audacieux pour l’Afrique.

S’exprimant au nom des instances de la conférence, Innocent Makoumbou, secrétaire permanent, a déclaré que la réunion du comité s’inscrit dans la logique de solidarité qui consiste à rassembler l’ensemble des Etats membres de la C.i.pre.s, afin que, grâce à la contribution et aux efforts de tous, «notre institution d’intégration régionale puisse davantage gagner en efficacité et conquérir de nombreux succès dans un domaine où les attentes des populations sont les plus pressantes».

Présidée par Karim Bamba, la réunion de Brazzaville a permis d’examiner les préoccupations de la République de Guinée Equatoriale et la proposition de solutions concrètes, en vue de faciliter son retour au sein de la C.i.pre.s. Le comité, mis en place pour discuter de la question guinéenne, a recueilli les préoccupations de la Guinée équatoriale qui se résument en deux points: celles liées au contexte juridique et institutionnel et la question relative aux arriérés de cotisations.

Après une journée d’intenses débats, le comité a retenu les conclusions se rapportant aux points précités.
Sur le premier point, relativement aux insuffisances relevées par la Guinée Equatoriale dans l’atteinte des objectifs de la Cipres et, qui ne lui ont pas permis, par le passé, de tirer profit de l’action de l’institution, jusqu’en 2004, année de la suspension de sa participation aux activités de la conférence, le comité a rassuré la Guinée Equatoriale que ces préoccupations avaient, également, été relevées par d’autres membres. Néanmoins, des réponses ont été apportées, pour en tenir compte. Pour que la Guinée Equatoriale apprécie les avancées réalisées depuis lors, le comité a retenu de mettre à la disposition des autorités guinéennes, un document retraçant les principaux chantiers réalisés en matière d’harmonisation, de formation, ainsi que le contenu des réformes entreprises, permettant à la conférence de s’adapter aux nouveaux défis et mutations observées.

S’agissant des préoccupations relatives aux arriérés de cotisations, le comité a proposé que la question des cotisations ne constitue point un obstacle au retour de la Guinée Equatoriale à la C.i.pre.s. A cet effet, le comité s’en remet à la décision du conseil des ministres de cette institution.

Tout compte fait, le comité s’est accordé sur le retour effectif de la Guinée Equatoriale à la C.i.pre.s. Il a, par ailleurs, souhaité voir le pays frère participer à la prochaine session du conseil des ministres qui se tiendra du 17 au 20 février prochain au Gabon, d’autant plus qu’il devrait assurer la présidence tournante de la C.i.pre.s, après le Gabon, en 2016.

Instituée le 21 septembre 1993, à Abidjan (Côte-d’Ivoire), la C.i.pre.s, compte, à ce jour, quinze Etats membres, entre autres, le Congo, le Cameroun, les Comores, le Togo, pays qui abrite le siège, le Bénin, le Mali, la RDC et le Burkina-Faso.

Par Jr LesCloches

 

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :