RSS

Lancement du rapport sur le développement humain, édition 2014 : Emilienne Raoul suggère la création d’un forum thématique sur le développement humain

08 Nov

Photo de famille à l’issue de l’atelier de lancement.

image

Le Ministère de l’économie, des finances, du plan, du portefeuille public et de l’intégration, en partenariat avec  le Pnud (Programme des Nations unies pour le développement), a procédé, jeudi 23 octobre 2014, à l’auditorium du Ministère des affaires étrangères et de la coopération, à Brazzaville, au lancement de l’édition 2014 du rapport sur le développement humain, sous le thème: «Pérenniser le progrès humain: réduire les vulnérabilités et renforcer la résilience».

L’atelier de dissémination du rapport a été présidé par Mme Emilienne Raoul, ministre des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, en présence d’Anthony Kwaku Ohemeng Boamah, coordonnateur-résident du système des Nations unies au Congo, représentant du Pnud, et de Jean Christophe Okandza, directeur général du plan et du développement. Le rapport 2014 classe le Congo à la 140ème place, à l’échelle mondiale, sur 185 pays.

Intitulée: «Pérenniser le progrès humain: réduction des vulnérabilités et renforcement de la résilience», l’édition 2014 du rapport du Pnud sur le développement humain a été officiellement lancée, au plan mondial, le 24 juillet 2014, à Tokyo (Japon), par le premier ministre japonais, Shinzô Abe, et l’administratrice du Pnud, Helen Clark. Ce rapport soutient que la vulnérabilité est une menace pour le développement humain et que, à moins d’être adressé de façon systématique, le progrès ne sera ni équitable, ni durable. Il fait, au préalable, le point sur les avancées en matière de développement humain dans le monde. 

Selon les mesures de la pauvreté basées sur les revenus, 1,2 milliard de personnes vivent avec un niveau inférieur ou égal à 1,25 dollar par jour. Les dernières estimations de l’indice de pauvreté multidimensionnelle du Pnud révèlent que presque 1,5 milliard de personnes dans 91 pays en développement vivent  en situation de pauvreté marquée par des carences cumulées en matière de santé, d’éducation et de niveau de vie. Cependant, malgré une baisse d’ensemble, près de 800 millions de personnes risquent de basculer dans la pauvreté, en cas de crise financière ou naturelle.

Le développement humain se définit comme le processus visant à élargir au maximum, les possibilités offertes aux femmes, aux hommes, aux enfants, aux jeunes et aux personnes âgées, de vivre le mieux possible. La notion du développement humain prend aussi en compte, le problème de l’inégalité entre l’homme et la femme.

Dans son mot de circonstance, la ministre Emilienne Raoul a fait savoir que malgré des difficultés, des avancées significatives ont été enregistrées et plusieurs efforts sont entrepris au Congo pour améliorer davantage les conditions de vie des populations. «Certes, le Congo a fait des progrès, mais beaucoup reste encore à faire», a-t-elle déclaré. «Le troisième indicateur sur le pouvoir d’achat est lié au taux de chômage encore élevé chez les jeunes, dans notre pays. C’est un défi que le gouvernement congolais doit relever, dans un proche avenir», a-t-elle dit.

L’étude met en avant un ralentissement de la croissance du développement humain dans l’ensemble des régions, en termes d’I.d.h (Indice de développement humain). Il indique que les menaces telles que les crises financières, les fluctuations des prix des denrées alimentaires, les catastrophes naturelles et les conflits constituent des obstacles majeurs au progrès. «Réduire la pauvreté et la vulnérabilité des populations dans ce domaine doit demeurer l’objectif central du programme pour l’après 2015», souligne le rapport. «L’éradication de la pauvreté ne se limite pas à atteindre un taux de pauvreté zéro, mais à le maintenir», précise le document.

En termes de recommandations, le rapport préconise l’accès universel aux services sociaux de base, afin de renforcer la résilience, réfutant ainsi l’idée selon laquelle seuls les pays riches peuvent assurer une telle prestation. L’étude enjoint les gouvernements à s’engager, de nouveau, à atteindre l’objectif du plein emploi. Il fait valoir que le plein emploi, véritable pilier des politiques macroéconomiques des années 1950 et 1960, a des retombées sociales qui dépassent les bénéfices privés, telles que la promotion de la stabilité et de la cohésion. 

Clôturant l’atelier et tenant compte de la qualité des débats, Émilienne Raoul a suggéré que soit instauré un cadre permanent d’échanges, dénommé: «Forum thématique», devant mettre ensemble, cadres du système des Nations unies, gouvernement, cher-cheurs et représentants de la société civile, pour échanger sur ces questions liées au développement humain.

Signalons que l’édition 2014 place le Gabon à la 112ème place, soit au premier rang des pays de l’Afrique sub-saharienne, tandis que l’Afrique du Sud, l’une des grandes puissances économiques de l’Afrique, a occupé le 118ème rang. En Afrique, en général,  la Libye occupe le meilleur rang (55ème rang). Le Cameroun, 152ème rang, alors que la Guinée Equatoriale et le Tchad occupent, respectivement, les 144ème et 184ème places. La Centrafrique, classée au 185ème rang, et la RD Congo, au 186ème, sont les derniers de la sous-région, en termes de développement humain.  

Par Jr LesCloches.

Posté par Jrayms, depuis ma « Tablette GALAXY » via WordPress.com (for Android), Congo-Brazza +242 04 437 7630 Courriel : angongaj@gmail.com

 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :