RSS

Projet Cab (Central Africa backbone) : Alors que va démarrer la deuxième phase, la B.a.d apporte son appui

04 Nov

Photo : Thierry Lezin Moungalla (au milieu) pendant l’entretien.

image

Le Projet Cab (Central Africa backbone) est arrivé au terme de sa première phase. Reste le démarrage, courant premier trimestre 2015, de la deuxième phase qui comprend les travaux d’infrastructures du réseau de fibre optique qui va de Pointe-Noire à la frontière gabonaise, en passant par Dolisie et Mbinda. La Bad (Banque africaine de développement) entend, maintenant, s’associer à ce projet.

Une délégation conduite par Nicholas Williams, chef de division T.i.c (Technologies de l’information  et de la communication) de la Bad, a été reçue en audience, le 27 octobre 2014, à Brazzaville, par Thierry Lezin Moungalla, ministre des postes et télécommunications, chargé des nouvelles technologies de l’information et de la communication, pour discuter du financement des infrastructures en T.i.c, durant la deuxième phase de ce projet. La Bad entend apporter son appui financier et technique; alors que la Banque mondiale, représentée par Jérôme  Bezzina, chef de projet à la Banque mondiale, est allée faire son bilan à mi-parcours du projet Cab.

La deuxième phase du Projet Cab nécessite plusieurs dizaines de millions de dollars, pour financer la construction des infrastructures d’Internet à haut débit. Cet apport financier va compléter l’effort actuel qui est déjà de l’ordre de dix milliards de francs Cfa, avec la Banque mondiale. L’apport de la Bad vient donc à point nommé.  «Nous allons apporter des financements complémentaires dans ce projet, pour étendre la fibre optique sur toute l’étendue du territoire national et, ensuite, construire le socle qui permettra de développer tout aspect et service qui vont se greffer sur la fibre optique», a déclaré Samatar Omar Elmi, ingénieur T.i.c de la Bad, qui a, également, évoqué les raisons de l’implication de la Bad dans ce vaste projet. 

«Nous avons rejoint la Banque mondiale, parce que c’est un projet très structurant qui permettra, à terme, de créer des emplois dans ce secteur très porteur que sont les T.i.c. Car, dans beaucoup d’études menées par la Banque mondiale, il ressort que 10% d’augmentation de la pénétration de l’Internet dans un pays, équivaut à peu près à 1,3% de la croissance d’un pays. C’est dans ce sens que les T.i.c sont un véritable moteur de croissance de richesses pour les pays et, en particulier, pour le Congo», a-t-il dit.

Pour sa part, faisant le bilan à mi-parcours du projet Cab, Jérôme Bezzina, de la Banque mondiale, a laissé entendre que «le projet avance extrêmement bien. Des 70% du budget du projet, 30% ont été déjà décaissés. Ce projet va non seulement générer des emplois, mais surtout, permettre le déploiement des infrastructures en fibre optique sur de centaines de kilomètres. Ce qui va créer des opportunités pour le pays, et le positionner comme un point d’interconnexion régional». Telle est, d’ailleurs, a dit en substance le ministre Thierry Lezin Moungalla, la vision du président de la République: faire du Congo un hub technologique, en s’interconnectant avec les autres pays voisins. «Nous voulons, simplement, que le Congo, qui est un pays frontalier de l’ensemble des pays de la sous-région, se réapproprisse sa vocation de pays de transit, mais, cette fois-ci, un transit qui serait un transit numérique», a déclaré le ministre des postes et télécommunications, chargé des nouvelles technologies de l’information et de la communication. 

Rappelons que depuis mai 2012, la capacité en fibre optique (haut débit) est disponible à Matoumbi, dans le département du Kouilou. Ce qui reste à faire, «c’est d’organiser la gestion, la gouvernance du backbone du réseau de la fibre optique qui existe déjà entre Brazzaville et Pointe-Noire; d’assurer son bon fonctionnement, en s’interconnectant, se reliant avec les pays voisins. C’est ça le projet Cab. Et la Bad, dans le cadre de sa stratégie pays, va accompagner et le projet Cab et la politique de l’e-gouv, c’est-à-dire les services en ligne que l’Etat va développer sur la base de cette infrastructure de fibre optique», a poursuivi Thierry Moungalla, qui a, aussi, évoqué le passage, d’ici juin 2015, de tous les pays du système analogique au numérique.

Un système qui concerne, surtout, la télévision. «La deuxième phase du projet Cab est donc capitale, en ce sens que nous allons utiliser des fréquences numériques. L’autre raison est d’ordre politique, c’est que nous voulons diffuser en numérique, en haute définition, les images historiques du cinquantenaire des jeux africains de septembre 2015, que le Congo va abriter. Nous sommes dans l’obligation de tenir ce pari, c’est, d’ailleurs, l’une des instructions du président de la République au gouvernement», a-t-il conclu.

Par Jr LesCloches.

Posté par Jrayms, depuis ma « Tablette GALAXY » via WordPress.com (for Android), Congo-Brazza +242 04 437 7630 Courriel : angongaj@gmail.com

 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :