RSS

Ministère de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux : Jean-Jacques Bouya appelle les cadres à proscrire la logique du mauvais laboureur

04 Fév

Photo : Jean-Jacques Bouya recevant le cadeau de la part de son directeur de cabinet.

image

Les conseillers du chef de l’Etat, coordonnateurs de projets, les membres du comité technique, les cadres et agents du Ministère de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux ont présenté leurs vœux de nouvel an au patron de ce département, Jean-Jacques Bouya, lors d’une cérémonie, jeudi 30 janvier 2014, dans les jardins dudit Ministère, à Brazzaville.

A cette occasion, deux allocutions ont été prononcées, celles du directeur de cabinet, Dieudonné Bantsimba, qui a épinglé les réalisations de 2013 et celle de Jean-Jacques Bouya, qui a mis l’accent sur le travail, en faisant savoir que son département n’a pas d’enseigne pour des «cadres accompagnateurs, spectateurs ou poseurs de questions, des cadres trop illusionnistes et moins solutionnistes».

Dans son rapport d’activités 2013, Dieudonné Bantsimba est revenu sur deux projets majeurs qui ont vu le jour, à savoir: la construction de l’Université Denis Sassou Nguesso et du complexe sportif de Kintelé. En outre, il a fait état des ouvrages publics relevant du programme de municipalisation accélérée des Plateaux et la préparation des travaux de municipalisation de la Lékoumou, département qui abritera les festivités du 15 août prochain.Selon lui, la chaîne des activités et réalisations des projets à compétence partagée à la Délégation générale des grands travaux s’est également enrichies de multiples nouveaux projets. A titre d’exemple, il a cité quelques projets de bitumage et d’aménagement des routes et voiries urbaines, la réhabilitation des ponts ainsi que ceux d’adduction d’eau potable, etc.

Parlant du bâtiment, Dieudonné Bantsimba a mentionné la réhabilitation des logements endommagés par le sinistre du 4 mars, à Mpila, dans sa première phase; la construction des infrastructures aéroportuaires, à Pointe-Noire, le siège du Port autonome, les amphithéâtres de l’Université Marien Ngouabi, le marché Total, le programme de mille logements de Kintelé qui se poursuit et qui a permis, selon lui, de loger 396 familles sinistrées.

Dans cette litanie de projets, le directeur de cabinet n’a pas manqué de souligner quelques difficultés rencontrées au cours de l’année 2013. Il s’agit du paiement des prestataires. «L’exécution du budget n’a été que de 50 à 60%. La conséquence en a été le ralentissement de l’exécution de beaucoup de travaux», a précisé l’orateur, qui a expliqué que les dispositions ont été prises avec les partenaires, pour éviter toute situation susceptible d’arrêter la réalisation des projets.

Pour cette année 2014, il a indiqué que l’action sera portée sur le lancement et le suivi des projets à compétence partagée au titre des grands travaux d’infrastructures et d’équipements, la mise en œuvre du programme de municipalisation accélérée dans le département de la Lékoumou, l’élaboration, en partenariat avec le P.n.u.d, des plans d’aménagement et de revitalisation des grands villages du Congo, le programme de restructuration des quartiers précaires à Brazzaville et Pointe-Noire, la préparation des contrats de plans Etat-département, l’organisation du forum sur les infrastructures en Afrique qui se tient, d’ailleurs, cette semaine, etc.  
Pour sa part, le ministre Jean-Jacques Bouya a rappelé à ses collaborateurs qu’ils sont, tous, au-delà de leurs différences intrinsèques, les composantes d’un système dont l’objectif ultime est de mettre en œuvre, en tout cas dans les limites de leurs responsabilités, le programme de développement du pays. Comme pour répondre à l’invite au travail du chef de l’Etat, le ministre Bouya pense que la responsabilité collective des cadres et agents est plus que jamais sollicitée. En tant qu’administration de stratégie, d’enjeux et de mission, il a signifié que son département n’a pas d’enseigne pour des cadres accompagnateurs, spectateurs ou poseurs de questions, des cadres trop illusionnistes et moins solutionnistes. 

«Ceux d’entre nous, qui n’auraient pas encore compris le caractère missionnaire de notre département ministériel, n’ont qu’un choix à faire: soit s’arrimer à la dynamique, soit se remettre en cause. Sinon, ils auraient compris que leur place, évidemment, n’est pas une administration de combat comme la nôtre. Parce qu’ici, les cadres et agents doivent être proactifs, adaptés aux réalités qui s’imposent à notre entité», a-t-il déclaré. Aussi, il les a exhortés à se formater, au besoin, pour viser les hauts objectifs et renforcer les valeurs fortes d’un bon cadre: le travail, le mérite, la discipline, l’équité, la promptitude, l’abnégation, la probité et le goût de l’action publique qui libère l’esprit. Bref, il a proscrit la logique du mauvais laboureur.

Par Jrang An@go.

Posté par Jrayms, depuis ma T@blette GALAXY via WordPress pour Android, Congo-Br@zza, ÷242 04 437 76 30, Courriel : lescloches@hotmail.fr

 

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :