RSS

Crise centrafricaine : Le général Jean Marie Michel Mokoko optimiste sur la sortie de crise

02 Fév

Photo : le Général Jean Marie Michel Mokoko

image

Bangui, capitale de la République centrafricaine, ne vit plus sous la terreur des ex-Séléka et des anti-Balaka, les deux milices qui s’affrontent dans l’horreur des massacres et assassinats crapuleux. Les atrocités et la férocité qui régnaient dans la capitale ont baissé d’intensité. Il y a une brève accalmie. La vie a repris son cours normal, les populations vaquent à leurs occupations, malgré le couvre-feu, à partir de 20h. Mais, les administrations publiques, les écoles, les dispensaires et les hôpitaux sont encore fermées.

Si, dans la capitale, il y a une nette évolution de la situation sécuritaire, dans les provinces, par contre, les deux milices ennemies se livrent toujours au carnage: tueries et incendies de maisons sont leurs lots quotidiens. Face à cette situation, le général Jean Marie Michel Mokoko, commandant de la Misca (Mission internationale de soutien à la Centrafrique), s’est dit satisfait du travail abattu par ses troupes et celles de l’opération Sangaris et exprime sa détermination à pacifier tout le pays.

Les troupes de la Misca et de l’opération Sangaris patrouillent les rues et avenues de Bangui. Quelques barricades sont érigées par-ci et par-là, dans la ville. Certes, la tension a baissé, mais s’agit-il d’une accalmie précaire? Les violences observées dès les premiers jours de la démission de Michel Djotodia ont été circonscrites. La vie est en train de reprendre.

D’un côté, les réfugiés et, de l’autre, une nation déchirée, la Centrafrique a une histoire marquée par les violences de tous genres et par une instabilité institutionnelle chronique. Le tissu social national est gravement déchiré. A l’aéroport de Bangui-Mpoko, sécurisé par les troupes françaises de Sangaris, les réfugiés y ont implanté tout un quartier, vivant dans des taudis en tôles, en plastique ou en carton. Ils sont originaires de plusieurs pays, faisant, pour se faire distinguer, flotter leurs drapeaux nationaux.

Dans quelques quartiers de Bangui, la triste réalité des maisons détruites et incendiées donne le frisson. L’électricité est rare. Plusieurs personnes ont déserté la ville, voire le pays. Des attroupements de jeunes en quête du travail sont visibles dans les coins des avenues. La misère est perceptible, le pays est vraiment dans le chaos, comme l’a souligné le président de la cour constitutionnelle de transition, Honoré Ndouba, lors de son discours prononcé à la prestation de serment de la présidente de transition. Les fonctionnaires, qui sont à leur quatrième mois sans salaires, ont déserté le travail. Relancer l’administration publique et les services de l’Etat (écoles, hôpitaux et dispensaires, sécurité), favoriser le retour des populations dans leurs domiciles, relancer l’économie, etc, voilà la lourde tâche qui attend la présidente centrafricaine, Catherine Samba-Panza, et son premier ministre, André Nzapayeké, qui n’ont qu’un an pour cela.

Pour Jean Marie Michel Mokoko, interrogé à Bangui, le travail de ses troupes sur le terrain se déroule bien: «Les violences que nous avons observées dès les premiers jours de la prise de commandement ont été circonscrites et aujourd’hui, Bangui vit. Les choses se passent normalement, la vie est en train de reprendre. Mais, quand un peuple a été traumatisé, il faut, quand même, lui donner le temps de digérer et de voir comment les choses sur le terrain se déroulent». «Il reste, bien sûr, dans les bas-fonds des quartiers encore quelques règlements de comptes, quelques éléments incontrôlés. Mais, je pense que d’ici quelques jours, nous arriverons à stabiliser la situation à Bangui», a-t-il poursuivi.

Quant au comportement de ses troupes sur le terrain, le commandant de la Misca a rassuré: «Tous les contingents se comportent de façon assez bien, dans la mesure où la mission est assez complexe et difficile. Les Congolais et les autres se comportent bien, à la satisfaction du commandement».

Par Jrang An@go.

Posté par Jrayms, depuis ma T@blette GALAXY via WordPress pour Android, Congo-Br@zza, ÷242 04 437 76 30, Courriel : lescloches@hotmail.fr

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :