RSS

Reconstruction des zones sinistrées : le député Pierre Ngolo rassure ses mandants

29 Juin

Photo : Pierre Ngolo

image

Les populations des zones sinistrées lors de l’explosion, le 4 mars 2012, du dépôt de munitions de Mpila, sont impatientes de voir, comme promis, leurs habitations reconstruites par l’État

Elles l’ont fait savoir au député de la circonscription électorale, Pierre Ngolo, au cours des rencontres citoyennes qu’il a organisées les 25 et 26 juin dans les quartiers 51 et 59.

Les sinistrés ont souligné avec insistance qu’ils occupaient actuellement des habitations à moitié détruites les exposant à toutes sortes de dangers. Ils ont exprimé leur inquiétude quant à la rumeur d’expropriations qui court. Les habitants des quartiers 51 et 59 ont plaidé pour l’ouverture à la circulation de l’avenue de l’Intendance, afin de leur permettre de rejoindre rapidement le centre-ville.

La question des indemnisations promises par l’État aux victimes a fait débat. Le dispositif, ont fait remarquer les habitants, tarde à démarrer. La lenteur de l’Administration a fait l’objet de critiques parfois très vives.

Le député Pierre Ngolo a pris acte des doléances. Concernant la reconstruction des habitations, il a rappelé que les travaux avaient déjà commencé dans le troisième périmètre des explosions. L’entreprise qui les exécute, a-t-il dit, est à pied d’œuvre et les autorités surveillent l’évolution du chantier. Les travaux vont d’ici peu s’étendre à toute la zone du sinistre, a-t-il ajouté.

Pierre Ngolo a assuré qu’il n’y aurait pas d’expropriation, contrairement à ce que de nombreux Brazzavillois pensent. « L’État ne contraint personne à quitter son habitation. Si des personnes désirent ne plus habiter dans ce quartier, l’État leur donnera de l’argent et récupérera leurs parcelles à des fins d’utilité publique », a-t-il expliqué.

Pour convaincre les populations de la véracité de ses propos, Pierre Ngolo a montré le plan cadastral de la zone sinistrée, où figurent les opérations de construction et de reconstruction prévues par l’État. 

En ce qui concerne l’indemnisation des victimes, le député a indiqué que l’État menait actuellement une contre-expertise pour ne pas réitérer les erreurs commises lors du versement de l’allocation familiale d’urgence.

Par Jrang An@go.

Posté par Jrayms, depuis ma T@blette GALAXY via WordPress pour Android, Congo-Br@zza, ÷242 04 437 76 30, Courriel : lescloches@hotmail.fr

 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :