RSS

Protection de l’enfant : environ 44 % de jeunes sont victimes des pratiques sociales néfastes à Brazzaville

16 Juin

Photo : Les participants à la cérémonie de célébration de la Journée de l’enfant africain.

image

En relation avec la Journée de l’enfant africain, célébrée le 16 juin de chaque année, le ministère des Affaires sociales, de la Solidarité et de l’Action humanitaire a commandé une enquête sur la situation des enfants dans la capitale

Le thème retenu pour la 23e édition de la Journée de l’enfant africain est « Éliminer les pratiques sociales et culturelles néfastes affectant les enfants : notre responsabilité collective ». Au Congo, la cérémonie officielle s’est déroulée le 15 juin au ministère des Affaires étrangères à Brazzaville. D’après une enquête sur un échantillon de 474 enfants, réalisée par le sociologue Pierre Chetel Kouanga, à la demande du ministère des Affaires sociales, 44,30 % d’entre eux ont déclaré avoir été victimes de pratiques sociales et culturelles néfastes. Il s’agit notamment des enfants accusés de sorcellerie, de mariages forcés, de mutilations génitales féminines, de maltraitance et d’agression sexuelle.

« lI ressort des résultats de ce diagnostic que la majorité des enfants victimes de violences préjudiciables vivent en majorité avec leurs parents. La famille étant ainsi le foyer de ces pratiques, des actions de sensibilisation de masse et de proximité seraient envisageables à l’endroit des parents », précise l’étude.

L’étude a également formulé un certain nombre de recommandations, parmi lesquelles la sensibilisation de masse et de proximité à l’endroit des parents et à l’école ; la mise en place d’une stratégie nationale pour prévenir et éliminer toutes les formes de violences faites aux enfants, ainsi que l’application de la loi en vigueur. 

Le Congo s’engage à éradiquer ces pratiques

Dans son message rendu public à cette occasion, le gouvernement s’est engagé à mobiliser toutes les ressources nécessaires pour aboutir à terme, à l’éradication progressive et effective de ces pratiques. « Pour être plus efficients, les efforts doivent venir de l’intérieur de la culture qui les vit. C’est pourquoi, l’engagement de tous est sollicité, afin de promouvoir les valeurs culturelles positives », a indiqué le ministre des Affaires sociales, de l’Action humanitaire et de la Solidarité, Émilienne Raoul.

Delon la ministre, plusieurs enfants sont au courant de ces pratiques maléfiques auxquelles se livrent leurs parents ou leur voisinage. Elle a reconnu que ces violences peuvent entraîner la mort, des traumatismes et des séquelles graves parfois irréversibles qui entravent le développement psychologique, physique de l’enfant. Ceci avec une forte influence sur sa scolarisation et dans un avenir plus ou moins lointain de son intégration dans la vie sociale des adultes.

D’après la ministre, c’est d’abord l’État qui doit combattre ces pratiques à travers les textes législatifs et réglementaires imposables à tout citoyen. Les droits de l’enfant sont reconnus au niveau national par la Constitution du 20 janvier 2002 et la loi 4-2010 portant protection de l’enfant en République du Congo. Au niveau continental et international, il est régi par la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant et la Convention des droits de l’enfant. « Le premier cercle de protection de l’enfant, c’est la famille. Lorsque ce premier cercle cède, l’enfant devient vulnérable. Les conséquences nous les connaissons », a précisé Émilienne Raoul.

Elle a, par ailleurs, invité les chefs religieux, les associations, les médias à garantir une vie sans violence pour les enfants, en organisant des activités de sensibilisation, pour prévenir et éliminer les pratiques néfastes. Quant aux enfants, elle les a appelés à la responsabilité de faire connaître leurs droits et de les défendre. « Les jeunes dans leurs mouvements et associations doivent être les grands défenseurs des droits de l’enfant en menant des campagnes d’information et de sensibilisation. C’est aussi une activité du Parlement des enfants du Congo que nous félicitons et encourageons pour son engagement », a conclu la ministre.

Une situation gravissime

Encourageant l’initiative de la ministre des Affaires sociales, la représentante de l’Unicef au Congo a souligné que cette enquête faisait aussi état d’enfants qui auraient parlé de sacrifices d’enfants. « Si cela est avéré, il s’agit d’une situation gravissime et très préoccupante qui mérite toute notre attention. Ces violences peuvent avoir des conséquences sur le long terme comme les traumatismes, la déscolarisation », a martelé Marianne Flach.

Elle a rappelé que l’Unicef tout comme la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant ne veut pas minimiser ou dévaloriser le rôle de la culture en Afrique auprès des enfants. Elle entend s’attaquer à ce qui peut nuire à leur épanouissement en tant qu’adulte en devenir et à leur droit en tant que citoyen. Marianne Flach a enfin formulé le vœu que la prévention et l’élimination des pratiques sociales et culturelles néfastes affectant les enfants soient une réalité effective pour tous les enfants au Congo à l’avenir. 

La vice-présidente du Parlement des enfants du Congo, Marina Paka, a, de son côté, invité les autorités à tout mettre en œuvre pour que les droits des enfants ne soient pas un vain mot. « Nous sollicitons une fois de plus l’accélération du processus d’adoption des textes d’application de la loi du 14 juin 2010 portant protection de l’enfant en République du Congo et sa vulgarisation à tous les niveaux pour que triomphe notre intérêt supérieur », a-t-elle demandé.

Soulignons que les participants ont entre autres suivi la projection du film sur la traite des enfants réalisé à Pointe-Noire intitulé : Moi, une vendue. Les autorités ont également procédé à la remise de kits de protection aux enfants sans mélanine.

Par Jrang An@go.

Posté par Jrayms, depuis ma T@blette GALAXY avec WordPress pour Android, Congo-Br@zza, ÷242 04 437 76 30, Courriel : lescloches@hotmail.fr

 

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :