RSS

Genre : les femmes s’imprègnent des notions de leadership

30 Avr

Photo : le présidium au cour de l’atelier

image

Pus d’une vingtaine de femmes, œuvrant dans divers domaines, ont été sensibilisées sur le leadership féminin, le 26 avril à Brazzaville, lors d’un séminaire atelier autour du thème « leadership et genre »

L’atelier a été marqué par les témoignages d’une experte en genre et gouvernance démocratique, d’une présidente du conseil d’administration d’une micro-finance où elle a exercé pendant vingt ans à titre bénévole, d’une diplomate ayant débuté sa carrière en agronomie actuellement secrétaire générale adjointe avec rang d’ambassadeur, d’un chercheur et de la première femme notaire du Congo.

L’intérêt de cette rencontre était de créer un espace de dialogue citoyen pour permettre aux femmes de partager entre elles leurs aspirations et leurs visions sur le devenir de la femme congolaise. « La femme est son propre ennemi. Elles ont peur d’affronter certains postes de responsabilité. Il faut qu’il y ait des débats interactifs. Ce séminaire nous a permis de dégager les freins qui empêchent l’émergence du leadership féminin au Congo à travers les expériences des autres », a déclaré Véronique Okoumou, conseillère du chef de l’État, chef du département Genre.

Rappelant sa mission, Véronique Okoumou a expliqué qu’elle consistait à apporter la visibilité des femmes dans la cité, à développer les projets et à faire connaître leurs compétences.

Réjane Sénac-Slawinski, chercheur en sciences politiques a, pour sa part, déclaré que le parcours d’une femme est plus difficile, car elle est victime de discrimination. « Leur parcours est intéressant, car au-delà de leurs compétences, il y a un symbole de pionnières. Elles ont lutté pour susciter des réactions plus positives, afin que d’autres femmes s’investissent dans la course au leadership. Ces femmes se sont appliquées pour faire de l’informel, du formel en vue de réglementer leurs professions », s’est-elle réjoui, avant d’ajouter : « Je trouve en ces femmes beaucoup de rigueur et de volonté afin de faire perdurer leur action et de la faire bénéficier aux générations futures. Cette dimension de lutter pour un bien collectif est une forme d’altruisme et de conscience politique forte. »

Partant de la définition du leadership, Réjane Sénac-Slawinski a exhorté les femmes à avoir le pouvoir de décision à travers des objectifs communs, de guider, d’inspirer, de motiver, de planifier, d’organiser et de contrôler. Selon elle, le leadership est un pouvoir d’influence informel. « Les hommes et les femmes ont à l’origine les mêmes capacités. Mais les compétences masculines sont plus valorisées que celles des femmes. Le partage du pouvoir doit être économique et politique », a-t-elle expliqué.

À l’issue de la réunion, les participantes ont demandé la tenue régulière de ce genre de rencontre afin de promouvoir l’action des femmes à travers les échanges d’expériences. « Les femmes ont été longtemps assignées au pouvoir informel. Elles doivent donc s’éveiller pour avancer », a conclu Réjane Sénac-Slawinski.

Notons que cette formation était organisée par le Centre de la promotion de la femme, avec l’appui du département Genre de la présidence de la République.

Par Jrang An@go.

Posté par Jrayms, depuis ma T@blette GALAXY avec WordPress pour Android, Congo-Br@zza, ÷242 04 437 76 30, Courriel : jraymstop@myopera.com

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :