RSS

Congo – Chine : Le président du pays le plus peuplé au monde en visite d’Etat à Brazzaville

01 Avr
Photo : Le président chinois Xi Jinping.

Le président de la République Populaire de Chine, XI Jinping, accompagné de son épouse, Peng Liyuan, effectue une visite d’Etat de 24 heures, à Brazzaville, capitale de la République du Congo, du 29 au 30 mars 2013. C’est la troisième et dernière étape de sa visite en Afrique, après la Tanzanie et l’Afrique du Sud, où il a participé, à Durban, au 5ème sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), les cinq pays émergents de la planète.

Accueilli par son homologue congolais, Denis Sassou Nguesso, le président de la deuxième puissance économique du monde procédera à l’inauguration, en compagnie de son hôte congolais, de la bibliothèque universitaire et de l’hôpital de base de Mfilou, deux projets réalisés grâce à la coopération sino-congolaise. Il va s’adresser vendredi 29 mars, à 17h, au parlement réuni en congrès. Une dizaine d’accords de coopération sera également signée au cours de cette visite d’Etat.

Lorsque le 22 février 1964, le président Alphonse  Massamba-Débat engagea son pays, le Congo, à l’établissement des relations diplomatiques avec la Chine communiste, pouvait-t-il s’imaginer que l’un des successeurs de Mao Tsé-Tung allait fouler le sol congolais? Depuis, tous les chefs d’Etat que le Congo a connus se sont rendus en Chine en visites officielles. Après le président Alphonse Massamba-Débat, il y a eu, en effet, les présidents Marien Ngouabi (1973), Jacques Joachim Yhombi-Opango (1978), Denis Sassou-Nguesso (1980 et 1987), Pascal Lissouba (1994) et, de nouveau, Denis Sassou-Nguesso (Janvier 2001 et, récemment, en 2010).

Côté chinois, la plus haute personnalité à venir au Congo, depuis l’établissement des relations diplomatiques, est le premier ministre Zhao Ziang, en janvier 1983. Que le président chinois vienne, enfin, à Brazzaville, il y a lieu de dire que ce n’est que normal, pour un partenariat qu’on veut égalitaire.
Quant à la coopération économique, elle est, sans nul doute, la plus fructueuse. Depuis 1964, la Chine consent au Congo des aides économiques dans la construction de nombreux projets d’infrastructures immobilières (hôpitaux, le Stade Alphonse Massamba-Débat, le barrage de Moukoukoulou, le palais des congrès, l’hôpital de Loandjili, etc.), de routes, et de barrages hydro-électriques. L’un des fleurons de cette coopération en matière industrielle est l’usine textile de Kinsoundi, qui, malheureusement, est tombée en ruine, depuis des années. A partir de 1982, les entreprises chinoises, avec l’appui du gouvernement de leur pays, ont apporté une nouvelle dimension à cette coopération, par la réalisation de projets d’infrastructures.

Le premier accord de coopération culturelle fut signé en septembre 1964. Il sera suivi de deux autres accords, en juillet 1980 et en mars 2000. Depuis 1975, le gouvernement chinois offre des bourses à plus d’une trentaine d’étudiants congolais, chaque année. Entre 1966 et 1997, la Chine a envoyé quinze équipes médicales au Congo. Après une interruption, en 1997, à cause de la guerre civile, l’envoi des équipes médicales a repris, à partir des années 2000.

En somme, la Chine est devenue le premier partenaire du Congo-Brazzaville. Les Chinois sont, de plus en plus, impliqués dans les grands travaux de modernisation du pays. C’est le cas de la centrale hydraulique d’Imboulou, d’un coût global de 280 millions de dollars américains; la route nationale n°1 Pointe-Noire-Brazzaville (600 km, sud Congo); la route Owando-Makoua-Mambili-Ouesso, longue de 320 km, dont le tronçon Owando-Mambili est, déjà, opérationnel; de la toute nouvelle aérogare de l’aéroport international  Maya-Maya, à Brazzaville, avec sa deuxième piste; du Ministère des affaires étrangères et de la francophonie; du Ministère de la justice et des droits humains; de la maison de la radio et de la télévision congolaises; de la bibliothèque universitaire de Brazzaville, etc.

Pour sa part, la Chine bénéficie, de plus en plus, de l’exploitation des ressources naturelles congolaises. Des accords de coopération ont été signés, dans le domaine forestier, dans le secteur minier et dans le pétrole. Depuis 2005, la Chine est la destination de plus d’un tiers des exportations congolaises. Avec 1 milliard 373 millions d’habitants, la Chine a besoin de matières premières, pour répondre aux besoins de son économie en pleine croissance.

«La visite du président chinois vient donner une forte impulsion à la coopération bilatérale de nos États. Elle vise, aussi, à promouvoir la coopération entre la Chine et les pays africains, car, dans les prochaines années, la Chine envisage d’augmenter ses aides et son appui aux pays africains. Cette visite constitue un moment important de l’histoire des relations entre nos deux pays», a indiqué Guan Jian, l’ambassadeur de Chine au Congo, qui a l’honneur d’accueillir le nouveau président de son pays, à Brazzaville.

Par Jrang An@go.                                                                                 Mes Quiz Cliquez ici

 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :