RSS

Journée internationale de la femme : Une fête riche en partage

11 Mar

Photo 1 : Alphonsine Ndoundi.    Photo 2 : Joséphine Ntsika.   Photo 3 : Marie-Rose Nganga.   Photo 4 : Le présidium.   Photo 5 : L’assistance.

Célébrée cette année à Djambala dans le département des Plateaux, la Journée internationale de la femme le 8 mars a été ponctuée dans la capitale par un meeting au Palais des Congrès. Sur le plan national, le thème retenu est celui de « la réduction des inégalités par le développement des activités génératrices de revenus »

Présidé par le préfet de la ville de Brazzaville, Benoît Moundele-Ngolo, ce meeting organisé par le ministère de la Promotion de la femme et de l’Intégration de la femme au développement a regroupé les femmes de plusieurs horizons. Les différentes administrations publiques ou privées, associations, confessions religieuses, organismes internationaux, ou encore des commerçantes étaient présentes.

Agrémentée par Clotaire Douley Kimbolo, la cérémonie a connu des moments forts, notamment l’historique du premier mouvement de femmes au Congo créé par une jeune fille. En effet, c’est en 1965 sous la gouvernance de l’Union révolutionnaire des femmes du Congo (URFC) que des mères de famille se sont illustrées. Elles ont milité pour marquer l’adhésion de la femme congolaise aux actions menées par les autres femmes du monde, dans la lutte pour l’égalité sociale, la justice, ou la paix.

Á noter que tout le mois de mars sera consacré à la femme et, pour ce faire, le ministère en charge a prévu une série d’activités visant à promouvoir l’intégration de la femme dans toutes les sphères de la société congolaise.

Le Salon de la femme consacré à l’exposition d’œuvres sera ouvert du 27 au 30 mars. Pendant le Salon, une causerie-débat est prévue autour du thème national.

D’autre part, pendant cette dernière semaine, des tests gratuits seront à disposition du public, notamment pour le dépistage du VIH/sida, de la glycémie, de la tension artérielle et le don de sang sera proposé.

Pour clore ces rencontres, le 31 mars, un concert précédé d’une messe d’action de grâce est prévu, afin d’honorer toutes les musiciennes décédées.

Les hommes ne sont pas en reste

Benoît Moundélé-Ngolo, préfet de Brazzaville, a placé cette journée sous le signe du pardon. Selon lui, c’est une occasion donnée aux hommes de demander pardon au nom de tous les autres pour les injustices, les propos insultants que subissent les femmes au quotidien. Il a appelé les hommes à œuvrer aux côtés des femmes pour éviter la discorde et le déséquilibre au sein des foyers. « Toute chose a son contraire dans la nature. Mais le couple homme-femme ne constitue ni le contraire ni la négation de l’autre. Les femmes ne peuvent vivre sans hommes et les hommes ne peuvent s’épanouir sans femme »,a-t-il indiqué.

S’agissant des violences faites envers les femmes, a-t-il rappelé, le Congo mène depuis 2012 un programme « Tolérance 0 maintenant » pour lutter contre ces inégalités. « Au Congo, il y a trop d’inégalités liées au genre, résolvons-les dès aujourd’hui par le développement des activités génératrices de revenus », a fait savoir Benoît Moundélé-Ngolo.

Á cette même occasion, le directeur de cabinet de la ministre de la Promotion de la femme, Ludovic Oniangué, a aussi déclaré qu’il était temps d’agir pour enrailler le phénomène honteux de la violence. D’autant que les conséquences de ces violences atteignent l’intégrité physique et morale des victimes.

En outre, Ludovic Oniangué, relatant l’historique de cette journée, a souligné que « valoriser le travail féminin est le seul moyen de contribuer au progrès de l’humanité ».

Néanmoins, plusieurs défis attendent d’être relevés, entre autres, celui d’encourager les femmes à s’engager davantage dans le combat politique, et de valoriser les potentialités de la femme dans la vie socioprofessionnelle.

Quelques femmes se sont exprimées

La présidente de l’association « Sala sambila » regroupant des femmes maraîchères, Alphonsine Ndoundi, a profité de cette tribune pour lancer un appel aux autorités du pays. « L’un des plus grands crimes commis actuellement sous vos yeux est celui du viol des espaces cultivables. En effet, nos terrains sont récupérés pour la construction de logements sociaux ou pour d’autres besoins. Nous n’arrivons plus à subvenir aux besoins des Brazzavillois, tant dans la partie nord que dans celle du sud de la ville. De ce fait, la quantité de produits vivriers a diminué», a-t-elle déclaré.

Le mot de Joséphine Ntsika, directrice générale du Centre de recherche d’information et de documentation sur la femme, rejoint le thème national retenu cette année.

Chaque femme, là où elle est, notamment celle du secteur informel, doit travailler en coopérative afin d’obtenir des soutiens financiers. Ce message a été porté par la ministre de tutelle à Djambala. « C’est une optique qui s’apprend et c’est ainsi qu’on réussira à sortir les femmes de la pauvreté. Aux autres femmes, je lance un appel à la compétence, au dynamisme quel que soit le milieu où elles évoluent. Elles doivent s’imposer par leur travail. »

En politique, il y a un manque de volonté et un faible engagement des femmes elles-mêmes. Au Parlement, elles ne sont pas même au nombre de dix. Dans les partis politiques, elles sont présentes mais à des postes de second rang, à l’exception du parti que dirige Claudine Munari.

Marie-Rose Nganga, directrice départementale de l’intégration de la femme au développement à Brazzaville, a rappelé l’importance de cette journée pour l’émancipation de toutes les femmes. « Nous avons plus de responsabilités dans nos foyers. Nous avons toujours un rôle à tenir dans nos maisons, mais avec plus de liberté. Dans le cadre de mes attributions, je vois beaucoup de femmes émergées, comme par exemple les femmes pêcheurs de Mossaka ou de Pointe-Noire. Et dans le maraîchage, confie-t-elle, les femmes actuellement cultivent de grandes étendues destinées au commerce. Elles ne se limitent plus à la seule subsistance du foyer. C’est un progrès. »

Par Jrang An@go.                                                                                   Mes Quiz Cliquez ici

 

Étiquettes : , , , , ,

Une réponse à “Journée internationale de la femme : Une fête riche en partage

  1. angongaj2011

    11 mars 2013 at 8 h 48 min

    A reblogué ceci sur Angongaj2011's Blog and commented:

    Bonne et heureuse journée à toutes les femmes de la planète, bonne fête !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :