RSS

Coopération : la Commission de l’Union africaine souhaite aider la jeunesse congolaise à s’autonomiser

20 Déc

Photo 1 : Les membres de la délégation.     Photo 2 : La directrice du CETF 8-Mars.

La délégation de l’organisation panafricaine, qui a séjourné au Congo la semaine dernière, a donné cette information lors de son passage au collège d’enseignement technique féminin (CETF) 8-Mars, situé au Plateau des Quinze-Ans, dans le quatrième arrondissement de Brazzaville

La visite au Congo d’Annie Clore Chotème et de Prudence Ngouénia, déléguées de la division jeunesse de la Commission de l’Union africaine (UA), s’inscrit dans le cadre du sommet de Malabo qui a eu lieu en juin 2011 sur le thème : « Accélérer l’autonomisation des jeunes pour le développement durable en Afrique ».

La commission porte un grand intérêt à cet établissement. Il s’agissait pour les deux déléguées d’établir les opportunités d’échanges et de coopération avec des organismes de formation au niveau national et d’examiner comment mettre en place une collaboration avec la commission.

Au CETF 8-Mars, la délégation a été conduite par le conseiller à la jeunesse du ministre de la Jeunesse et de l’éducation civique, Jean-Luc Mountou, et le directeur général de la Jeunesse, Vincent Ferdinand Manu-Poaty.

« La délégation de la commission de l’UA, division jeunesse, est en mission dans notre pays pour aborder divers aspects qui sont liés à la fois à la problématique de la jeunesse et à la formation des jeunes filles », a déclaré Jean-Luc Mountou.

Annie Clore Chotème, qui a mandat de redynamiser la formation technique et professionnelle sur le continent, a précisé les problématiques de la jeunesse sur lesquelles un travail était mené : l’emploi, l’éducation et la santé, conformément au thème du sommet de Malabo.

« On essaie de voir avec la direction du CETF 8-Mars comment soutenir ce qui se fait déjà, notamment pour améliorer la formation des jeunes, le contenu des programmes de formation, l’équipement, ainsi que les formateurs eux-mêmes et surtout leur employabilité. On va également voir comment renforcer leurs capacités pour être sûr que les cours sont adaptés à la réalité du marché de l’emploi et à la technologie, qui évolue sans cesse », a-t-elle précisé.

Madame Moukila Ntsoko, directrice du CETF 8-Mars, s’est réjouie de l’apport de l’UA à travers ses déléguées. « Elles sont venues nous aider, voir comment nos élèves évoluent, comment elles sont formées et les ouvertures professionnelles qui s’offrent à elles. Enfin, elles vont nous aider à permettre l’épanouissement des jeunes. Nous avons trois millions du budget annuel pour réaliser notre programme. Ce budget nous suffit. Nous avons 1 440 apprenants », a-t-elle indiqué.

Notons que le protocole a été signé en décembre 2008.

Par Jrang An@go.                                                                                            Mes Quiz Cliquez ici

 

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :