RSS

Sécurité alimentaire : la JICA mène une étude sur l’amélioration de la chaîne des valeurs des produits halieutiques à Pointe-Noire

31 Oct

Photo 1 : La tribune officielle lors du lancement du projet.  Photo 2 : Des membres de la délégation japonaise.

En vue de la mise en œuvre du projet, un atelier a été organisé le 26 octobre à la Chambre de commerce de Pointe-Noire, en présence de Dieudonné Kissiékiaoua, conseiller pêche du ministre de la Pêche et de l’Aquaculture

Le projet d’étude sur l’amélioration de la chaîne de valeurs des produits halieutiques (Pechval), qui va durer trois ans et demi, sera érigé sur le site du village des pêcheurs à Songolo d’une superficie de 2 500 m2. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la coopération entre les gouvernements congolais et japonais, par le biais de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA). Le Pechval est la concrétisation d’un accord signé il y a quatre mois entre les deux parties. Il sera réalisé sur le terrain par la société japonaise, Fisheries Engineering Co, Ltd.

Ce projet a donc pour but d’assurer la sécurité alimentaire au Congo en améliorant la chaîne des valeurs des produits de pêche maritime au large des côtes de Pointe-Noire. « Cela suppose de maîtriser le traitement des produits au moment du débarquement, de la transformation, de la distribution et de la vente afin de résoudre l’épineux problème de l’augmentation des produits halieutiques tant à Pointe-Noire qu’à l’intérieur du pays, en agissant sur la diminution des pertes et sur l’élévation de la valeur ajoutée », a indiqué le directeur départemental de la Pêche et de la l’Aquaculture, Ange Nkounkou.

D’après lui, la JICA va aider les pêcheurs artisans de mener efficacement le débarquement et la manutention du poisson, sa conservation, la comptabilité du salage et du séchage, du fumage, avec le respect des conditions d’hygiène inhérentes à ces opérations délicates.  Et Ange Nkounkou d’ajouter que ce projet s’exécutera en trois phases. La première étape consistera à amener sur le terrain l’étude et l’analyse sur l’état des lieux de la chaîne de valeurs pour être en mesure de sélectionner les projets pilotes appropriés pour l’amélioration de ladite chaîne ; la deuxième consistera à l’aménagement des installations et des équipements de la pêche artisanale à l’amélioration des méthode de transformation des produits halieutiques et à la mise en place du plan de gestion de la place de débarquement. La troisième étape sera consacrée à la conception du projet d’amélioration de la chaîne et, par la suite, à l’élaboration d’un plan d’action en vue de l’exécution dudit projet en tenant compte des acquis des projets pilote.

Les installations comprendront un débarcadère, un ensemble avec des salles de machine, un magasin de vente et une fabrique de glace, un ensemble atelier de réparation, une station service et une citerne, un bloc toilette, un bâtiment comprenant les bureaux, enfin, une salle de réunion. Cette coopération technique dans le cadre de la planification de développement vise l’augmentation dans la zone cible du revenu des personnes impliquées dans la chaîne des valeurs des produits halieutiques en même temps qu’elle permet d’améliorer les conditions de travail et d’hygiène.

Le représentant de la JICA dans les deux Congo, Masato Tokuda, a souligné que ce premier projet de coopération technique entre le Congo et la JICA rentrait dans le cadre du renforcement de coopération entre le Congo et le Japon. Les deux pays tiennent à ce projet qui contribue à l’amélioration de la vie des Congolais et raffermit les liens entre les deux peuples. De son côté, le directeur général de Fisheries Engineering Co Ltd, Kuniaki Takahashi, a souligné que l’étude visait à examiner l’état actuel de la chaîne de valeurs à Pointe-Noire afin de valoriser le produit et de prévenir la baisse de qualité avant d’améliorer les points cruciaux de la chaîne de valeurs. « À la fin de l’étude, nous allons évaluer les résultats acquis à travers la mise en œuvre de quatre projets pilotes, pour projeter quelques plans d’action en vue de l’amélioration de cette chaîne », a-t-il ajouté.

Dans son mot de circonstance, Dieudonné Kissiékiaoua a loué le Pechval conformément au concept de la sécurité alimentaire qui se résume en trois paramètres : beaucoup de nourriture, accès facile à la nourriture et nourriture de qualité. « Ce projet s’exécute dans le cadre du 3e paramètre. Les produits halieutiques qui seront débarqués à la plage Songolo conduira les acteurs qui y débarquent à mettre sur le marché national des produits de qualité, l’un des paramètres du concept de sécurité alimentaire », a-t-il indiqué. Et de poursuivre que le ministre de la Pêche et de l’Aquaculture tenait à ce projet et veillerait personnellement à ce qu’il soit réellement mis en œuvre avant de rassurer la JICA de la disponibilité de tous les acteurs concernés et de l’octroi de toutes les facilités y relatives, pour la mise en œuvre dudit projet.

Voici comment maîtriser votre BlogAuto entrepreneur
sur Internet=> Papillon Marketing => CLIQUEZ ICI

Par Jrang An@go.                                                                                             Mes Quiz Cliquez ici

 

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :