RSS

Développement agricole : la Banque mondiale favorable pour un PDARP II

30 Sep

Photo 1 : L’infrastructure de marché de Tchiamba Nzassi.    Photo 2 : Une démonstration d’arrosage au groupement Pré coopérative « Le bon jardinier.  Photo 3 : La délégation gouvernement-Banque mondiale visitant les maraîchers de Kounda à Pointe-Noire.

La représentante résidente de la Banque mondiale au Congo, Sylvie Dossou Kouamé, a annoncé la volonté de son institution et du gouvernement congolais à poursuivre le projet de développement agricole et la réhabilitation des pistes rurales (PDARP), dont la fin de la première phase prévue à la fin de cette année a été reporté en juin 2013

« Nous pensons absolument prolonger ce projet pour permettre aux milliers des jeunes non scolarisés de s’intéresser à l’agriculture, un secteur d’avenir qui a un rôle à jouer dans la lutte contre la pauvreté au Congo », a précisé Sylvie Dossou Kouamé, représentante résidente de la Banque mondiale au Congo, ajoutant que le gouvernement et son institution avaient entamé des pourparlers.

Projet d’intérêt communautaire visant à faire de l’agriculture un levier du développement économique au Congo, son action nécessite un grand soutien du gouvernement au regard de son action sur les populations vivant en milieu rural. En effet, préoccupée par l’amélioration des conditions de vie des populations à faible revenu, la Banque mondiale qui cofinance ce projet appelle le gouvernement à soutenir davantage l’agriculture, un secteur porteur pour la diversification de l’économie.

Plaidoyer sur la question foncière

Malgré sa détermination à soutenir l’agriculture considérée comme un secteur d’avenir pour la lutte contre la pauvreté et la réduction des importations des produits agricoles, les acteurs de ce secteur, notamment ceux des zones périurbaines, connaissent de plus en plus de difficultés liées à l’accès à la terre.

« Il appartient au gouvernement, par ses différents partenaires, d’accompagner le développement de l’agriculture par des mesures fortes, notamment dans le domaine foncier qui est l’une des contraintes au développement de l’agriculture, surtout du maraîchage périurbain en raison de la forte pression foncière sur les endroits proches des grandes villes », a souligné le chargé de projet à la Banque mondiale, Amadou Oumar Bâ.

Les agriculteurs rencontrés ont pu bénéficier, avec le soutien conjoint de la Banque mondiale et du gouvernement, des infrastructures de marché, des pistes rurales et des projets porteurs devant contribuer non seulement à augmenter la production, mais aussi à booster l’autosuffisance alimentaire du Congo et à permettre ainsi de lutter contre la pauvreté. Contribution effective depuis la mise en œuvre du PDARP à pourvoir les grands centres urbains en produits agricoles.

Download Opera Mini, mobile web browserLes maraîchers sont de plus en plus voués à la pression foncière de la ville et souvent expulsés de leur lieu d’activités. « Nous sommes engagés, comme le souhaite le gouvernement à participer à l’autosuffisance alimentaire. Cependant, la question foncière reste notre plus grand souci. Nous demandons à l’État de sécuriser le domaine foncier pour qu’à terme la production soit disponible et abondante », a déclaré le responsable de la coopérative agricole pour le développement de Djeno, Ndoudi Pasteur.

Outre la question foncière, l’accès à l’eau et la formation des agriculteurs nécessitent également une attention particulière pour alléger les souffrances des populations vivant dans les zones rurales.

« Le Congo possède un potentiel énorme et nous pensons que le PDARP donne la preuve qu’on peut faire beaucoup dans ce secteur pour lutter contre le chômage des jeunes et gagner le pari de l’autosuffisance alimentaire, mais également pour l’autonomisation des femmes qui sont les plus présentes dans ce secteur », a souligné Sylvie Dossou Kouamé.

Pour y parvenir, le ministre de l’Agriculture entend œuvrer pour l’installation de forages en vue de rendre disponible cette denrée à proximité des infrastructures de marché construites dans le cadre du PDARP. De même, il est envisagé, grâce à l’ouverture du Centre de démonstration agricole de Kombé, des formations aux jeunes agriculteurs pour leur faire acquérir des nouvelles techniques. « Cette formation concerne tous les jeunes agriculteurs des différents départements du pays », a promis le ministre Rigobert Maboundou en charge de l’agriculture et de l’élevage.

Des infrastructures de marché pour des meilleures conditions de commercialisation

Œuvrant pour l’amélioration des conditions de commercialisation et de stockage des produits locaux avant leur acheminement vers les grands marchés de Pointe-Noire, une mission conjointe Banque mondiale-Gouvernement a réceptionné, le 26 et 27 septembre, trois infrastructures de marché construites grâce aux financements du projet.

Situées dans les localités de Mboubissi et Les Saras dans le Kouilou, puis à Tchiamba Nzassi, dans le département de Pointe-Noire, ces trois infrastructures sont d’un apport considérable pour les populations de ces localités.

Elles permettront non seulement aux vendeurs de disposer désormais de meilleures conditions de commercialisation de leur produit, mais également de favoriser les échanges, tout en doublant la production.

Opera, the fastest and most secure web browserConstruit pour un coût de plus de 39 millions FCFA pour celui de Mboubissi ; à plus de 82 millions pour celui des Saras et à plus de 127 millions FCFA pour celui de Tchiamba-Nzassi, ces marché disposent respectivement d’un hangar, de blocs sanitaires, d’entrepôts, de bureaux pour le comité de marché et de salles de stockage. Par ailleurs ayant bénéficié d’une petite rallonge, le PDARP, qui a longtemps souffert d’une faiblesse de financement, veut s’inscrire comme acteur de développement agricole au Congo.

« L’action du PDARP sur les populations bénéficiaires est très visible au regard des témoignages des populations qui voient leurs conditions de vie s’améliorer. Je constate, tout comme nos partenaires, qu’un travail se fait, malgré quelques imperfections qu’il nous faut corriger », a déclaré le coordonnateur national du projet, Isidore Ondoki, rappelant qu’il est attendu de la part du gouvernement un montant supplémentaire pour 2013 dans le cadre de la dernière année du projet.

Vivez les Merveilles d’Opera en cliquant sur le lien ci-dessous :
http://my.opera.com/community/download.pl?ref=jrayms&p=opera_desktop

Auto entrepreneurVoici comment maîtriser votre Blog
sur Internet=> Papillon Marketing => CLIQUEZ IC

Par Jrang An@go.                                                                           Retrouvez-nous sur Google+
Download Opera Mini, mobile web browser

 

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :