RSS

Protection de la faune : cinq tonnes d’ivoire d’éléphants incinérées au Gabon

30 Juin

Photo : Un tas d’ivoires brûlés.

Les autorités gabonaises ont voulu donner un signal fort aux braconniers et trafiquants dans la sous-région d’Afrique centrale ainsi qu’à la communauté internationale

Les 4 825 kilogrammes d’ivoire incinérés le 28 juin étaient composés de 1 293 pièces brutes,majoritairement des défenses, et de 17 730 sculptures.

L’opération a été menée pour empêcher que l’ivoire soit sorti des endroits de stockage et alimente le marché noir. Les autorités gabonaises ont également promis de renforcer la répression du braconnage.

Pour obtenir ces quantités, près de 850 éléphants auraient été tués. L’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) a estimé la valeur du « bûcher » à 5 milliards de FCFA (7,5 millions d’euros), à raison de 2 000 à 2 500 dollars le kilogramme sur le marché noir asiatique.

Le Gabon compte environ 50 000 éléphants, selon les estimations d’ONG de défense de l’environnement. Cette avancée dans la lutte contre le braconnage et l’abattage des espèces protégées est saluée par les institutions, les organismes non gouvernementaux et les responsables des projets qui œuvrent pour la défense de la faune.

Selon le directeur de l’ANPN, Lee White, « l’Afrique forestière a perdu 80% de ses éléphants ces derniers 20 ans » et le Gabon, « avec 13% du bassin du Congo, a plus de 50% des éléphants de forêt ».

Les fortes sommes en jeu permettent de financer le trafic, mais aussi d’acheter des consciences, a souligné M. Drews. « Le braconnage existe en Afrique centrale parce qu’ici, c’est un business à faible risque et haute rentabilité. Il y a des faiblesses dans la répression », a-t-il souligné.

L’un des responsables du projet d’appui à la loi faunique, Naphtali Honig, a ajouté : « L’engagement du Gabon dans la lutte contre le trafic d’ivoire est remarquable, et c’est bien évidemment un exemple à suivre au Congo, surtout quant à la transparence affichée (collaboration avec la société civile) et l’ampleur des actions menées (toute l’étendue du territoire gabonais). En sachant que le stock brûlé ne représente qu’une petite partie du total d’éléphants massacrés illégalement, c’est également un rappel de l’importance de l’application de la loi et de la bonne gouvernance qui vont décider, au final, si les trafiquants sont dissuadés et si la richesse naturelle congolaise peut prospérer. »

Pour l’instant, les autorités gabonaises envisagent de durcir les peines contre le braconnage et rappelé la création d’une brigade spécialisée.

Le MEILLEUR Script MARKETING en
version Française! => Papillon Marketing => Cliquez ICI

Par Jrang An@go.

Cliquez pour plus d'informations!

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :