RSS

Élections législatives : l’Upads s’inquiète de la conduite par l’administration des opérations préélectorales

03 Juin

Photo : Conférence de presse de l’Upads.

La question des opérations préélectorales a été évoquée le 2 juin, au cours de la conférence de presse animée par le permanent du conseil des vice-présidents de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads), Pascal Gamassa

L’orateur a insisté sur le fait que la majorité des délibérations adoptées lors de la concertation politique d’Ewo ne sont pas entièrement mises en pratique. « Les lois et textes règlementaires pris par le gouvernement en application des conclusions d’Ewo sont loin de l’esprit défini lors de la rencontre  », a expliqué Pascal Gamassa.

Pour les responsables de la principale formation politique de l’opposition congolaise, le gouvernement s’approprie l’exclusivité du choix des membres des bureaux de vote. « L’Upads ne saurait se satisfaire de cette situation qui apparaît comme une duperie. Le recensement administratif spécial tant demandé n’a pas été accepté par le gouvernement et le découpage électoral reste inique. Le retrait des préfets et des sous-préfets et maires de la présidence des commissions électorales locales d’organisation d’élections ne change rien à la chose, puisque les secrétaires généraux des districts, des arrondissements, des mairies ou les hauts fonctionnaires qui vont les remplacer sont nommés par le gouvernement, et donc leur loyauté et leur allégeance sont dévolues au pouvoir en place », a précisé Pascal Gamassa.

Cliquez pour plus d'informations!Les organes d’organisation des élections, a dit l’orateur, demeurent sous le contrôle presque exclusif de l’administration et donc du pouvoir. La présence des représentants des partis politiques et de la société civile dans la chaîne de l’organisation du scrutin, a renchéri le conférencier, apparaît comme un simple saupoudrage et n’a pas d’impact réel quant à la transparence et à la justice tant souhaitées pour rendre encore plus crédibles les élections.

Pascal Gamassa a plaidé pour la règlementation des dépenses liées à la campagne électorale promise lors de la concertation d’Ewo. « L’UPADS avait d’ailleurs, au cours de la législature qui s’achève, introduit une proposition de loi tendant à limiter les dépenses des campagnes. Celle-ci est mise de côté par le bureau de l’Assemblée nationale. Il faut que les campagnes électorales redeviennent un moment de débats politiques et non un moment de corruption des électeurs », a dit l’orateur.

Ainsi, le conférencier a invité le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, à apporter des correctifs nécessaires pour que les prochaines élections législatives soient un moment de consolidation du processus démocratique. Le chef de l’État, a-t-il poursuivi, devrait impulser la vie démocratique, afin que le Congo puisse forcer le respect sur le plan national et international.                                                                                Roger Ngombé

Voici comment Exploser Vos LISTES
et Votre Chiffre D’affaire! => Papillon Marketing => CLIQUEZ ICI

Par Jrang An@go.

Cliquez pour plus d'informations!

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :