RSS

Énergie fossile : Total E&P Congo passe à une exploration plus risquée et plus coûteuse

28 Mai

Photo 1 : Les journalistes visiteurs sur la barge Olympia.    Photo 2 : Les responsables de Total Congo.

La société pétrolière, présente au Congo depuis 1968 avec une dizaine de puits en offshore, se tourne vers une exploitation de barils dits « technologiques », comme alternative à la production en déclin

Le secrétaire général de la filiale du Groupe Total, Alain Lasbats, l’a annoncé à l’issue des journées de découverte des activités de l’entreprise à plus d’une vingtaine de journalistes locaux exerçant à Pointe-Noire et Brazzaville.

L’initiative a donné l’occasion aux visiteurs de connaître mieux la structure et son avenir ; ses activités opérationnelles et géoscientifiques ; sa politique de responsabilité sociétale ; sa politique d’hygiène sécurité et environnement ; ses procédures de règlement des fournitures ; sa politique des ressources humaines, etc.

Alain Lasbats a confirmé les propos tenus par le directeur général de la société, Jacques Azibert, aux autorités congolaises en janvier. Il ressort que la production de Total est actuellement en déclin et que le groupe compte sur deux projets dans le permis Moho-Bilondo, et cela demande un investissement considérable.

Aussi l’exploitation de barils dits technologiques implique la poursuite de l’exploration lancée en 2011 sur de nouvelles thématiques : le permis Haute-Mer C forage de 3 puits à l’ante-salifère en 2012. La filiale est sur des processus longs. Elle travaille pour mettre en production des réserves existantes pour assurer la production jusqu’en 2018.

La société s’est engagée dans ces projets en attendant de conclure, très rapidement, avec l’État congolais les négociations fiscales et juridiques nécessaires. Deux projets en développement, Moho-Bilondo 1 bis et Moho-Nord, intègrent une politique dynamique de « Local Content » pour un emploi local durable.

Notons qu’en 2011, Total E&P Congo a atteint une moyenne de production de 183 700 barils/jour, 60% de la production pétrolière du pays, qui est de 299 000barils/jour.

Les invités se sont rendus sur mer, à la barge Olympia, à quelque 30 km de la ville côtière. Sur cette plate forme travaillent les exploitants qui produisent de l’huile ou du gaz provenant des champs pétroliers pour ensuite être envoyé à travers un réseau de pipelines vers un terminal onshore.

Total n’exploite pas seul les différentes plateformes pétrolières. Elle se les partage avec différents opérateurs, tels ENI-Congo, Murphy, la SNPC.

Troisième filiale africaine du groupe Total, première entreprise industrielle, premier employeur et investisseur privé au Congo, cette société a des responsabilités économiques, sociales et environnementales. Ce qui suscite parallèlement des attentes des employés des partenaires, des autorités nationales ainsi que des populations.

Au moment où l’industrie pétrolière est de plus en plus sous le feu des projecteurs, a souligné Jacques Azibert, c’est une priorité pour cette compagnie en forte croissance d’avoir des relations de qualité et de confiance avec la presse. Cela en diffusant des messages clairs et en renforçant son acceptabilité de partenaire industriel face au grand public. « Nous visons l’excellence opérationnelle en toute sécurité et dans le strict respect des réglementations du pays, des réglementations internationales et celles du Groupe Total. Cependant, il est légitime que l’existence de ces risques génère des inquiétudes, souvent liées au manque de connaissance ou à une perception erronée de nos activités et du contexte dans lequel elles s’exercent», a-t-il expliqué.

Selon les organisateurs, ces journées découvertes visaient également à désacraliser l’image que l’on se fait de l’industrie pétrolière. Ils espèrent que la perception des pétroliers par les chevaliers du micro et de la plume sera désormais mieux ajustée. « Vous vous rendez compte que nous sommes une entreprise industrielle solide, bien gérée, qui opère dans les règles de l’art. Nous sommes une entreprise humaine avec près de 1 200 salariés, respectueuse de son environnement et qui prend ses responsabilités », a conclu le directeur général de Total.

Le Secret De Ma Réussite
Sur Internet C’est => Papillon Marketing => CLIQUEZ ICI

Par Jrang An@go.

 

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :