RSS

ARTS & CULTURE

LITTÉRATURE : nos Ezéchias Ngouama présente Stop sorcellerie à Pointe-Noire

C’est au cours d’une conférence de presse le 6 août à Sueco que l’écrivain Ninos Ezéchias Ngouama a présenté son livre à la presse, en la présence d’Arnaud Nzouzi Mitamona, président de l’Association nationale des écrivains chrétiens du Congo (Anecc), d’Amédée Yvonne Biakana et d’Alphonse Kala, respectivement directrice départementale de la Fonction publique du Kouilou et directeur départemental du Livre et de la Lecture publique au Kouilou 

Stop sorcellerie est un roman qui retrace l’histoire des déviations causées par l’occultisme. Un vrai Goliath contre le salut de l’humanité qui annonce la fin d’une longue nuit qui s’achève sur un grand bonheur qui doit surgir au profit de tous.

Ce livre commence par un poème agile, On ne bâtit jamais dans le noir, où l’auteur se demande où est l’avenir des Africains et de leurs pays au regard de ce qui se passe dans le monde. Ainsi il raconte que les riches ne font que s’enrichir et les pauvres ne font que s’appauvrir. Le plus faible meurt du choléra, du paludisme, parfois du manque de pain, et le riche se plaît de vivre dans le luxe, comme si la vie n’était qu’un arrangement permanent.

À la page 182, Ninos Ezéchias Ngouama fait ressortir le rapport existant entre l’homme et l’occultisme, rappelant que se sont les humains qui contactent le monde occulte. Ce n’est pas la sorcellerie qui vient vers les humains, mais se sont ces derniers qui font le choix d’aller vers elle. Ce livre de neuf chapitres dénonce les antivaleurs et prône la redynamisation des valeurs africaines usurpées. Il insiste pour le changement de mentalité de l’homme noir par le moyen des Évangiles qu’il considère plus puissants que la sorcellerie, capables de changer l’homme et sa société.

Ninos Ezéchias Ngouama est un penseur passionné, autodidacte, et un écrivain engagé de nationalité congolaise. Il est auteur de plusieurs livres d’inspirations diverses. Il est né le 15 décembre 1984 à Brazzaville, fils de Paul Ngouama et de Philomène M’Voumbi. Hôtelier de formation, devenu prédicateur, il est présentement vice-président de l’ Anecc et membre actif de l’Association des écrivains d’Afrique centrale. Il anime dans beaucoup de villes et villages africains des conférences-débats sur la mondialisation, des séminaires de formation, des campagnes d’évangélisation et des exposés soutenus autour de ses livres, ainsi que des journées de réflexions avec les cadres africains et européens sur les différents problèmes qui minent la planète.

Notons que la sortie officielle de Stop sorcellerie a eu lieu le 23 juillet à Brazzaville et à Kinshasa. L’ouvrage compte 289 pages et est édité par les Éditions Ninos.

Voici comment Exploser Vos LISTES
et Votre Chiffre D’affaire! => Papillon Marketing => CLIQUEZ ICI

Par Jrang An@go.

Cliquez pour plus d'informations!

CONCOURS DE BEAUTÉ : Marina Grâce Opouya Bockash élue Miss Indépendance 2011

Le concours de beauté Miss Indépendance s’est tenue la nuit du 13 août 2011 sur l’esplanade de la sous-préfecture d’Ewo, sous le patronage de la première dame du Congo, Antoinette Sassou N’Guesso. 

Seize candidates venues des six districts du département de la Cuvette-Ouest, à savoir Ewo, Okoyo, Etoumbi, Kellé, Mbomo et Mbama, ont pris part à cette prestigieuse compétition, organisée par l’association Lumières d’Afrique que préside Ferréol Constant Patrick Gassakys.

La compétition a été marquée par plusieurs passages des candidates sur le podium. D’abord en tenue traditionnelle, en tenue civile (magnifiant les couleurs nationales à savoir vert, jaune et rouge), en tenue du sponsor officiel de l’événement (rendant hommage à la société de télécommunication MTN), en tenue de vérité, et en tenue de soirée aux couleurs nationales.

Ces jeunes femmes, venues des confins de la République, ont défilé sans complexe devant les membres du gouvernement (Jean-Claude Gakosso, Jeanne Françoise Leckomba-Loumeto, Adélaïde Moungani, Rosalie Kama Niamayoua, Émilienne Raoul, Alain Akouala Athipault, Bruno Jean Richard Itoua, et le médiateur de la République, Hilaire Mountault) et le public venu en grand nombre.

À l’issue de ces sorties, le jury a rendu comme suit :

  • Miss Indépendance : Marina Grâce Opouya Bockash, ressortissante du district de Mbomo, 19 ans, élève en classe de terminale ;
  • Première dauphine : Tyty Ngahouna, ressortissante du district d’Okoyo, 19 ans, élève en classe de terminale G2 ;
  • Deuxième dauphine : Tendresse Itoua, du district de Mbama, 18 ans ;
  • Miss Élégance : Grâce Ossanda, du district d’Okoyo, 17 ans ;
  • Miss Charme : Elfy Ambino, ressortissante du district d’Ewo, 22 ans ;
  • Miss Fair-Play : Stalvie Ogneké, ressortissante du district d’Ewo, 22 ans.

À l’issue du concours, la première dame du Congo, Antoinette Sassou N’Guesso, a déclaré que l’élection Miss Indépendance était un plus dans la célébration du 51e anniversaire de l’indépendance du Congo, avant de louer les efforts déployés par le président de la République dans le département de la Cuvette-Ouest : « Nous avons aujourd’hui la joie d’ajouter à ce qu’on a fait ici à Ewo, l’élection Miss Indépendance. Il s’agit de candidates qui ont été enregistrées ici même dans la Cuvette-Ouest. Nous en profitons pour remercier le président de la République pour tout ce qu’il est en train de faire pour ce département. S’il ne s’était pas investi entièrement, nous ne serions pas arrivés à ces résultats. Aujourd’hui, Ewo est en train de charmer plus d’un observateur. Il y a beaucoup de gens venus de partout pour assister aux festivités liées à l’indépendance du Congo. »

Élue Miss Indépendance 2011, Marina Grâce Opouya Bockash a tenu à remercier les organisateurs : « Les mots me manquent pour remercier les organisateurs. Je suis très heureuse d’avoir gagné, et que le jury a jugé je suis belle et élégante. »

Les lauréates de cette compétition recevront de nombreux cadeaux, dont un voyage au Maroc pour Miss Indépendance, et une semaine à Pointe-Noire pour les deux dauphines, tout compris, offerts par la première dame du Congo, auxquels il faut ajouter des cadeaux pour les 16 candidates. Le ministre de la Culture et des Arts, Jean-Claude Gakosso, a offert une visite touristique au gigantesque monument du cinquantenaire de Dakar à Miss Indépendance et aux membres du comité. Le ministre de l’Énergie et de l’Hydraulique, Bruno Jean Richard Itoua, a offert aux seize candidates des chaussures et des billets d’avion Brazzaville-Pointe-Noire-Brazzaville avec un séjour à l’hôtel Atlantique Palace. Le représentant des systèmes des Nations unies au Congo a offert une formation d’un mois à toutes les candidates au nouveau Centre de formation d’Ewo, inaugurée la veille même par Antoinette Sassou N’Guesso…

Rappelons que cette soirée a été agrémentée par les prestations de groupes traditionnels, Congo-Rouge, Lékoly Universel d’Ewo et  Amaya, Mbéré junior.

Par Jrang An@go.                                                                                                   Mes Quiz Cliquez ici

Photo a : Miss Indépendance et ses deux dauphines.                                  Photo b : La première dame du Congo, entourée du ministre de la Culture et du président de l’association Lumières d’Afrique.                                              Photo c : Les candidates en tenue de soirée.                                              Photo d : Les membres du gouvernement.

Festival Temps des effusions culturelles pour la jeunesse : clôture de la sixième édition au centre Suéco de Pointe-Noire

La remise des prix aux lauréats du premier concours de meilleur critique littéraire, dénommé prix Ngoujel 1er, a sanctionné le 9 août à Pointe-Noire la cérémonie de clôture du festival Temps des Effusions culturelles pour la jeunesse (TECJ) organisé par la compagnie l’Arche de Ngoujel 

Ce concours récompense les jeunes qui se sont illustrés en critiques littéraires après la représentation de la pièce Jean Mouvouzou jouée pendant le TECJ en mars. Le groupe scolaire du Centre, le complexe scolaire les Côtiers, le lycée Victor-Augagneur, l’école privée La Colombe de ma vie et l’université de Loango ont participé à ce concours qui avait pour but de susciter la réflexion chez les jeunes par la bonne pratique de la langue française, avec la maîtrise des règles grammaticales et de l’orthographe.

Cet exercice exaltant a permis au jury, dirigé par Arsène Voubindze, de plébisciter cinq lauréats dans la première catégorie allant du collège à la seconde et cinq également dans la seconde (de la première au cycle universitaire). Le jury s’est ainsi prononcé sur les cinq cents candidats âgés de quatorze à trente ans qui ont participé au concours.

Hélène Mbougou Lembé et Daty Yannick Blanchard, classés premiers dans leur catégorie respective, bénéficient d’une bourse d’études locale d’un an et d’une enveloppe symbolique de 10 000 FCFA. Les autres lauréats distingués ont pour noms Mboumba Grâce Divine, Tchiamala Chris Glody, Biangani Merveille, Makosso Lune Ange, Doumbi Jordana. Ils ont tous bénéficié d’une enveloppe symbolique de 5 000 à 10 000 FCFA.

L’organisation de ce concours a été rendue possible grâce à l’apport incommensurable du Centre congolais de l’Institut international du théâtre, dirigé par Fréderic Pambou, qui a loué l’initiative de l’Arche de Ngoujel et le partenariat fécond noué avec Jeanne Calvit, la directrice fondatrice d’Intercat Center de Minneapolis, aux États-Unis. À Pointe-Noire, elle est accompagnée d’Aaron Gabriel, compositeur de musique, Katherine Sutton-Johnson, designer (conceptrice des décors), tous de Minneapolis et de l’Anglaise Rachel Castell, réalisatrice documentaliste évoluant à Londres.

Organisée par la compagnie l’Arche de Ngoujel, la première édition du festival TECJ a eu lieu en 2003. Avec des modestes moyens, mais avec une volonté inébranlable d’apporter son concours dans l’épanouissement de la jeunesse, Jean Leopold Ngoulou, dit Ngoujel 1er, l’initiateur du projet, a fustigé dans son adresse le couronnement ostentatoire de la banalité et des futilités par certains organisateurs et sponsors au lieu d’encourager l’effort intellectuel des jeunes Congolais.


Cette cérémonie s’est déroulée en présence de Léonard Boumbat Hybouaghad et Robert Tinou, respectivement directeur départemental des Arts et des Lettres de Pointe-Noire et du Kouilou, sans oublier celle du représentant de la direction départementale de l’Enseignement primaire et secondaire et de l’Alphabétisation.

Promotion de mon affiliation :  http://jrayms.profits-internet.com                                               PARABOTS : Guide Auto-Répondeur PRO Illimité : http://jrayms.profits-internet.com/viewproduit.asp?i_forfait=10676&i_catego=9937

Par Jrang An@go.                                                                                      Retrouvez-nous sur Google+

Cliquez pour plus d'informations!

NOUVELLES TECHNOLOGIES : un concours international destiné aux jeunes créateurs dans le domaine du numérique

L’Union internationale des télécommunications (UIT), l’institution des Nations unies spécialisée dans les technologies de l’information et de la communication, invite de jeunes créateurs dans le domaine du numérique à participer à un concours international qui permettra à 60 d’entre eux d’obtenir une invitation pour aller à Genève (Suisse) en octobre afin de promouvoir leurs idées devant un forum de dirigeants 

Pour ce concours, six participants seront choisis pour présenter les meilleurs concepts choisis par un vote en ligne des délégués de l’événement « UIT Telecom World 2011 », qui se tiendra du 24 au 27 octobre. Les six gagnants se partageront 50 000 francs suisses pour mettre en œuvres leurs idées. Ils auront également un appui professionnel de personnes ayant des compétences spécialisées dans le domaine.

Les innovateurs en herbe peuvent s’inscrire en ligne en présentant leurs idées dans deux catégories. Sont concernés les jeunes innovateurs qui ont développé une idée indépendamment de leurs employeurs ainsi que les innovateurs numériques qui ont développé un projet en partenariat avec une ONG ou une autre structure à but non lucratif.

Les participants seront jugés sur l’innovation, la faisabilité, et l’habileté à mettre en œuvre le projet. Les 60 projets ayant reçu le plus de votes seront évalués par un panel d’experts indépendants des secteurs public et privé, qui choisiront les finalistes. La date limite des inscriptions est fixée au 15 septembre.

Par Jrang An@go.

AFRIQUE DU SUD : la pensée de Mandela en 2 000 citations

Le livre que vient de publier la fondation du premier président noir d’Afrique du Sud après la célébration du « Mandela day » le 18 juillet a toutes les chances de connaître un beau succès

Parce que c’est un privilège de connaître la pensée de l’homme qui a lutté contre l’apartheid, mais surtout parce que pour réaliser ce livre-mémoire, les éditeurs Sello Hatang et Sam Venter ont passé au crible les discours de Nelson Mandela, mais aussi sa correspondance, ses documents personnels, et des enregistrements d’interventions s’étalant sur plus de soixante ans.

Réparti en 300 thèmes, Mandela par lui-même : le livre autorisé des citations propose un voyage au plus près de la vie et de la pensée du prix Nobel de la paix. Les lecteurs liront dans l’ouvrage, présenté sous forme d’abécédaire, divers sujets allant de la responsabilité au sionisme, en passant par l’enfance, etc. Selon Sello Hantang, Mandela par lui-même : le livre autorisé des citations est « un travail de référence, les lecteurs en apprendront plus sur l’homme » qu’est Nelson Mandela.

Promotion de mon affiliation :  http://jrayms.profits-internet.com                                               PARABOTS : Guide Auto-Répondeur PRO Illimité : http://jrayms.profits-internet.com/viewproduit.asp?i_forfait=10676&i_catego=9937

Par Jrang An@go.                                                                                     Retrouvez-nous sur Google+

Cliquez pour plus d'informations!

MUSIQUE: le duel organisé par Panafrica le 29 juillet au Palais des congrès entre Roga-Roga et Werrason suscite des débats

Les Dépêches de Brazzaville ont interrogé Roga-Roga Missile, patron du groupe Extra Musica Zangul, qui a parlé du contexte de ce concert, de sa prochaine prestation à l’Olympia de Paris et de l’appel qu’il lance aux jeunes Congolais 

Les Dépêches de Brazzaville (LDB) : L’actualité musicale dans les deux Congo est dominée par le duel musical qui vous a mis aux prises avec votre confrère Werrason. En quoi consistait-il ?

Roga-Roga (RR) : C’était un face à face, un concept créé par la productrice Sarah Ndenguet, qui a voulu voir s’affronter sur le même podium la République démocratique du Congo, représentée par Werrason, et la République du Congo, représentée par votre humble serviteur. Le concert s’est bien déroulé bien qu’il n’y ait pas eu véritablement d’affrontement.

LDB : Votre duel est sorti du cadre des fans pour devenir l’affaire de toute une opinion tant nationale qu’internationale. Certains pensent que c’est Werrason qui a été le meilleur, d’autres vous attribuent la victoire et enfin quelques-uns ne sont pas parvenus à vous départager. Qui d’après vous a été le meilleur, et que s’est-il passé lors de ce show ?

RR : Personne n’a remporté ce duel pendant la prestation, nous avons gagné par forfait lors du face à face, voilà la nuance. Nous ne nous réjouissons pas de cette victoire par forfait, parce que le sens de ce concert était le face à face, un peu à l’image de notre concert à Abidjan, notamment le face à face qui a opposé Zaparo de guerre (le Congolais) et DJ Arafat (l’Ivoirien). Le concept exigeait que nous commencions, ensuite Werrason prenait le relais avant que nous ne revenions de nouveau sur scène pour l’affrontement. Malheureusement, Werrason a évité ce duel. Malgré la pression des présentateurs, il n’est pas remonté sur scène sauf quelques petites minutes, le temps de présenter le jeune Merlin Bouton. Sitôt que ce dernier eut chanté deux couplets, Werrason s’est éclipsé pendant que je présentais un musicien, Juventus de Turin, qui a chanté sa chanson, Primus, question de montrer que nous sommes des artistes complets capables même de mieux faire que la partie adverse. Ils devaient en faire autant pour comparer nos capacités par la suite. Hélas ! Werrason a fui, et le face à face n’a pas eu lieu. Voilà pourquoi, nous disons que nous l’avons battu par forfait. Je remercie nos fans qui ont gardé le calme en dépit de la tension. Coup de chapeau aussi à la police nationale, particulièrement au commissaire central et à toute son équipe, de même qu’à la maison de production Panafrica, organisatrice de ce concert.

LDB : Seriez-vous prêt à aller affronter Werrason à Kinshasa, sachant qu’il est populaire chez lui ? Ne craignez-vous pas le ridicule ?

RR : Si les organisateurs sont capables de nous produire comme à Brazzaville, je ne vois pas de problème. En plus, je ne crains rien quand il s’agit de musique. La musique à mon avis, c’est l’art de combiner le son d’une manière agréable à l’oreille et non combiner le public d’une manière agréable aux yeux. Werrason est musicien dans un pays de 60 millions d’habitants et moi dans un pays qui n’a que 3 millions d’habitants. Rien que cet indicateur montre bien qu’il est plus populaire que moi, mais je suis plus artiste que lui. Je connais ses qualités et ses défaillances. Par ailleurs, il y a un artiste complet que je respecte beaucoup dans ce groupe. Il s’agit de Kakol. Il joue de la batterie et de la guitare, il chante aussi et est également arrangeur… Il mérite la comparaison. Car, c’est la qualité qu’il faut comparer et non la foule. À propos, un penseur français a dit : « On reconnaît l’homme non par ce qu’il a, mais par ce qu’il est. »

LDB : Vous dites qu’Extra Musica a affronté à maintes reprises Wengé Musica. Où et dans quelles circonstances ?

RR : Extra Musica a été aux prises avec Wengé Musica et d’autres groupes en 1996 lors du trophée Ngwomo Africa à Kinshasa, où nous avons été vainqueurs. Ensuite en 1999 aux Awards à Libreville (Gabon), où nous avons encore gagné. Et enfin, nous les avons battus aux Koras Awards en 2000. Pour rappel, la première fois que Werrason est monté sur le podium du Zénith à Paris, c’était lors de notre concert. Il a été notre invité.

LDB : Comment se porte votre opus Sorcellerie, kindoki pour lequel vous briguez un disque d’or et comment s’annonce votre programme ?

RR : L’album se porte très bien. Nous avons eu à le distribuer un peut partout à travers le monde. La vente actuelle a dépassé 40 000 exemplaires, et nous allons petit à petit vers les 100 000 exemplaires afin d’obtenir un disque d’or. Car nous sommes de la race des croyants. Comme il est dit, « tout est possible à celui qui croit ». Nous continuons à croire, parce que nous sommes sûrs et certains que Dieu va le faire. Quant à notre programme, nous préparons un concert pour le stade municipal de Pointe-Noire, le concert de Roga-Roga. Auparavant, nous irons à Ewo pour la célébration de la fête nationale. Après nous aurons d’autres concerts. Mais le plus grand événement reste notre concert du 12 février 2012 à l’Olympia de Paris.

LDB : En tant que chevalier dans l’ordre du Mérite congolais, quel message lancez-vous aux jeunes de votre pays ?

RR : C’est difficilement que la paix qui règne dans ce pays a été conquise. Des gens ont sacrifié leur vie. Grâce à la paix, tous ceux qui vivent au Congo ont l’opportunité d’exercer leurs activités en toute liberté. C’est pourquoi je demande aux jeunes d’œuvrer sans cesse pour la préservation de la paix, sans laquelle rien n’est possible. Je souhaite que l’unité nationale rayonne, qu’elle gagne nos cœurs afin que règne à jamais la paix dans notre cher et beau pays. Enfin pour terminer, je remercie tous les fans venus soutenir le pays le 29 juillet. Que vive la musique et à bas la haine.

Auto entrepreneurPropos recueillis par Bruno Okokana 

Enfin mon rêve est devenu une réalité
Sur Internet!!!! => Papillon Marketing => CLIQUEZ ICI 

 

Une réponse à “ARTS & CULTURE

  1. angongaj2011

    14 août 2011 at 23 h 21 min

    "La culture c’est ce qui reste lorsqu’on a tout oublié" ; "la culture c’est ce qui reste lorsqu’on ne sait rien faire".

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: